Accueil

Colonne sans fin

Le projet Colonne sans fin inaugure une réflexion sur l'art, la production, l'acte de création mais aussi la condition humaine du travail par l'absurde et la répétition. A la suite de mon cursus de design aux Beaux Arts de Rennes, j'intègre l'école d'Art et de céramique de Tarbes avec une volonté quasi ingénue de m'initier à la technique de la céramique par un projet complexe questionnant la solidité et la fragilité par une mise à l'épreuve du matériau, mes attentes et mon enthousiasme sont très vite mis en question et calmés par l'orientation conceptuelle de l'école. Partie sur un dispositif complexe et ambitieux de création de culbuto en porcelaine, j'oriente à la suite d'une série d'échec mon projet sur des dispositifs et des expériences plus simple et au résultat plus immédiat. Je commence à découper en quantité des carrés de carton que j'empile par la suite dans différentes situations. Je déduit de ces expériences et de ma propre obsession de création, de production et du faire qu'il résulte de ces expériences un caractère absurde et burlesque qui réside dans l'acte même de la production en mouvement de ces actions répétitives. Je décide alors de filmer cette colonne de carton entrain de se faire dans des dispositifs simples et épurés. J'empile consciencieusement un à un les carrées de carton qui me submergent, la colonne vacille dans un équilibre précaire et s'écroule. Ce dispositif simple répondait finalement à mes multiples questionnements à la fois sur la production artistique et la production de manière plus générale. En reprenant un des archétypes de l'architecture et de la sculpture, cette sculpture en action qui se fait et se défait dans rythme perpétuelle, évoque cette recherche de l'équilibre inhérente à la fois à la sculpture mais aussi à l'individu.






En résidence dans un village de potier en Espagne, j'ai reproduit cette action avec divers matériaux et objets de céramique dans divers lieux tel que les ateliers d'une usine de céramique. Cette actions en utilisant la matière première et les objets de céramique utilisés dans ces lieux entre alors en résonance avec l'espace et le travail. Nourrie plus ou moins consciemment des débats et discutions avec le corps enseignant de l'école d'Art et de céramique de Tarbes sur l'art, l'artisanat et la technique, cette action met en exergue cette relation complexe entre la création artisanale et plasticienne.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire